Comment fabriquer un reportage de démolition.

Cet article ironique du journaliste québécois Serge Charbonneau (monteur-réalisateur de reportages télé au service de l'Information de Radio-Canada), s’intitule ”Comment construire un reportage de démolition”. Analysant un reportage de BFM TV, il décrypte (et là le mot prend tout son sens), la méthode qui consiste, en affichant une fausse neutralité, à orienter l’opinion du téléspectateur. Ne vous arrêtez pas au cas du professeur Raoult, sujet de ce reportage, mais intéressez vous à la méthode employée, que vous retrouverez dans de nombreux ”reportages” de nos télévisions. Serge Charbonneau vous apprend comment manipuler les gens en 15 leçons. 

Prière de regarder la video du reportage avant de lire les leçons. 
J’ai remplacé quelques expressions québécoises par du français d’ici pour plus de clarté.


Leçon 1. Dès le départ, utiliser le vocabulaire qui ébranle la solidité de sa réputation. Le mot clef à employer est : ”controversé” ! Un mot efficace qui se grave immédiatement dans l'esprit.Il faut donc dire : ”Le CONTROVERSÉ professeur Didier Raoult reçoit Emmanuel…”

Leçon 2. Suggérer aux téléspectateurs que le professeur s’est fait surprendre ! Utiliser la formule : ”La visite était SURPRISE, l'image INATTENDUE.” Le téléspectateur ressent qu'on vient de prendre par surprise le vilain controversé et que celui-ci n'a pu se défiler !

euronews

Leçon 3.  Montrer de l’Humain ! Présenter une scène montrant au maximum la chaleur envers le digne président qui a pris la peine de se déplacer, lui-même. Montrer le président, avec son masque de circonstance, s'adresser du haut de son grand âge et de sa sagesse légendaire aux jeunes chercheurs tout heureux de le voir d'aussi près. Si ce n'était de l'extrême contagion du Covid, sûrement que plusieurs jeunes-en-feu auraient voulu le toucher. - Vous avez quel âge ? Demande le sage et suffisant président. 
C'est ”humain”. Le humain c'est toujours vendeur.

Leçon 4. Laisser le contrôle à celui vers qui il faut faire pencher les cœurs. Dans le cas présent, les cœurs doivent pencher vers le vaillant président qui est sage et avisé. La scène payante est celle des remerciements présidentiels envers ces héros de la recherche, ces combattants qui font cette guerre dans laquelle nous sommes plongés. 
Le vaillant et honorable président dit : Merci de participer à l'effort, c'est très important (c'est le président qui le dit, donc c'est très important). Bien faire entendre la réponse des jeunes chercheurs, tous débordants de reconnaissance suite à ces remerciements présidentiels : - Merci à vous ! Disent-ils !
La scène est presque émouvante ! Ça vient chercher tous les cœurs même les moins sensibles ! 

Leçon 5. Éviter les détails. Nul besoin de dire ce que le controversé professeur a pu montrer et démontrer au vaillant et très avisé président. Dire que la visite a été longue suffit. ”Une longue visite de plus de trois heures”. 
Et hop ! C'est suffisant. Les démonstrations du controversé Raoult ne sont d'aucun intérêt pour l'objectif du reportage.

Leçon 6. Lancer ce que le téléspectateur doit retenir, doit assimiler et doit comprendre : ”Le président a pris la peine de se déplacer pour bien montrer qu'il s'intéresse à toutes les formes de recherche”, même celle du controversé professeur qui défend cette "chloroquine" ! Cette chloroquine DÉFENDUE par le controversé Didier Raoult. Bien souligner que le vilain Raoult PERSISTE ET SIGNE ! 
Voilà une autre formule classique et efficace : ”persiste et signe”
Cette formulation consolide notre reportage qui va bon train. Notre objectif de mettre en doute ce que ce Raoult avance est en bonne voie.

Si on interrompt le reportage à ce moment et qu'on questionne un téléspectateur qui s'intéresse peu au sujet, en lui demandant : ”Que pensez-vous de Raoult ?”  On a toutes les chances d'avoir comme réponse que ce chercheur n'inspire pas confiance et que son fameux médicament n'inspire pas confiance non plus ! 
Si on demande à notre téléspectateur peu renseigné s'il prendrait ce médicament s'il avait le terrible Covid-19, il va probablement dire non. Le but du reportage est justement de lui faire rejeter ce médicament dit "
miracle".

Leçon 7. Utiliser le conditionnel. Le conditionnel est un temps merveilleux qui laisse toutes les portes que l'on ouvre, ouvertes.  
Il ne faut pas dire : Les effets de la chloroquine testée ici à IHU Méditerranée Infection "sont" positifs, mais il faut dire ”SERAIENT” positifs. 
La compétence "douteuse" de ce controversé Raoult imposent au journaliste "sérieux" ce conditionnel. Le journaliste persiste et signe en disant que des "études sérieuses sont toujours en cours” pour évaluer, entre autres, les théories que persiste à défendre ce Raoult.

Formation-tournage-montage

Leçon 8.  Utiliser quelques mots du controversé professeur pour simplement lui faire redire ce que notre conditionnel précédent disait, c'est-à-dire que ses tests ”seraient” positifs. Évidemment, à ce moment le vilain prof va ”affirmer”, lui, que ses fameux tests personnels SONT positifs, mais bon ! Comme le téléspectateur sait à quoi s'en tenir, les propos du controversé prof seront désamorcés dès le départ, même si celui-ci affirme que ”tout va bien” ! 

Leçon 9. Revenir à la charge et s'assurer que les quelques mots laissés au controversé n'ont pas servi à lui faire gagner des points. Il faut souligner avec force que :  LA MOLÉCULE ”DIVISE” TOUJOURS LE MONDE MÉDICAL ! Et v'lan ! 
C'est donc expert rebelle contre experts sérieux. Et les experts du gouvernement sont évidemment mieux cravatés donc évidemment plus sérieux que ce hippie blond à la moustache mal rasée.

Leçon 10.  Dire clairement et directement ce qui doit être pris au sérieux. Pour cela, utiliser des organismes à la réputation inattaquable. L'Agence NATIONALE du médicament dit qu'il y a danger de risque cardiaque. Ouille ! 
Cette position de l'ANDM atteint droit au cœur notre téléspectateur qui reçoit la nouvelle comme une gifle derrière la tête.
Le ministre de la Santé rappelle que ce dangereux médicament (
la chloroquine) doit être administré uniquement à l'hôpital et seulement dans ”LES CAS LES PLUS GRAVES” ! (alors qu’elle est totalement inutile, finalement !).
Un clip important, percutant et convaincant, celui du ministre responsable et sérieux (
qui a une cravate impeccable témoignant ainsi d'une crédibilité que seuls les complotistes peuvent remettre en doute).

On se doit d'aller chercher ce solide ministre qui affirme sa réalité presque qu'en frappant du poing sur son bureau de ministre. Un témoignage de ministre impressionne toujours tous les téléspectateurs peu renseignés. Qui donc peut mettre en doute un ministre qui donnerait sa vie pour sauver celle de ses concitoyens ? Ses concitoyens menacés d'une mort probable si ce médicament n'est pas pris au sérieux ! Et v'lan ! 
C'est la deuxième gifle à notre téléspectateur. Une seconde gifle pour être bien sûr qu'il a bien compris. Ça s’appelle aussi enfoncer le clou, ou en remettre une couche.

Leçon 11. Ne pas lâcher Raoult. Utiliser un autre mot clef. Un mot qui permet de frapper l'esprit et qui peut resservir autant qu’on veut : ”MIRACLE ”. Utiliser la formule toujours efficace : ”Didier Raoult est persuadé d'avoir trouvé le remède ”MIRACLE” !. Employer cette formule sur l'image percutante à la Une de Libération qui a eu la générosité d'accorder sa Une à cet échevelé qui croit avoir trouvé le remède ”miracle”  (alors qu’il a dit que c’était ”prometteur”). Cette image et ce texte d'accompagnement peuvent s'avérer très efficaces pour guider vers notre objectif le jugement du téléspectateur.

Leçon 12. Répondre à des questions. Donner des réponses. Aujourd'hui, les journalistes ne posent plus des questions, mais donnent des réponses. Le journaliste moderne est un guide de la pensée juste. 
Alors, allons-y franchement : ”Mais qui est ce Raoult ?” Ce Raoult qui ”DIVISE” la France ! ”DIVISE” ce mot clef. Toujours à employer et à ne jamais oublier. Le "bon" journaliste montre en jouant l’objectivité, ladite division. Il ne faut jamais fléchir et toujours bien orienter, de façon subtile, bien entendu, le jugement de notre téléspectateur. Il y a ”division”, mais il y a surtout un côté qui a raison et l'autre qui est pour le moins "douteux”. 
Raoult est-il un infectiologue visionnaire ou un grand communicant ? Poser la question, c'est y répondre. Oui, un ”grand communicant” ! Finalement une grande gueule ! Hop ! L'esprit de notre téléspectateur peu renseigné est de plus en plus clair. Le Raoult est mis à nu. 
Si on arrête ici notre reportage et qu'on demande à notre téléspectateur peu renseigné son impression au sujet de Raoult, que pensez-vous qu'il répondra ?

Leçon 13. Livrer la réalité indéniable. Cette réalité qu'on va rapidement nous mettre sous le nez. Il faut prendre les devants et prévenir les attaques à venir. Donc il ne faut jamais nier la réalité indubitable. Et la réalité du controversé Raoult est assez marquante ! Eh oui ! Malgré tout, il est un professeur "passablement" qualifié ! 
Il faut donc dire : ”Derrière "les apparences" se cache un professionnel reconnu”. 
Voilà, c'est suffisant !

Mais trêve d’analyse… Le controversé Raoult a obtenu son Doctorat en médecine en mars 1981. Quant au brave Muselier que l'on présente avec sa veste blanche et son pantalon de circonstance il a peut-être été un peu plus politicien que médecin ! Le controversé ”docteur” Raoult a également obtenu le diplôme de l’Université de Médecine Tropicale de la ville de Marseille en 1981. Il est même titulaire d’un C.E.S (Certificat d’Études Supérieures) en bactériologie-Virologie clinique, et d’un C.E.S en Diagnostic biologique parasitaire obtenu en 1982. Ça ne s'arrête pas là ! Il a aussi obtenu des diplômes à l’étranger, plus précisément à Atlanta, aux États-Unis. Il est diplômé de l’U.S. Department of Health and Human Service, ”Principles of Epidemiology” en 1983, et de ”Communicable Disease Control” en 1984. Il a obtenu ces deux certifications au Center for Disease Control. Il obtient aussi en France le titre de Spécialiste de Médecine interne.  Bah ! Nul besoin d'ébruiter tous ces titres, on risque de perdre l'attention de notre téléspectateur peu renseigné. 
Mais nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas mentionner quelques-unes des distinctions que le controversé Raoult a reçues. Il est garanti que ses partisans vont nous énumérer les dites distinctions. Alors, soyons bons joueurs et mentionnons-en au moins une; son prix de l'Inserm (l’Institut national de la santé et de la recherche médicale) obtenu en 2010 et qui lui a permis d’obtenir de quoi financer sa machine de guerre dans le domaine des maladies infectieuses, cet institut Méditerranée Infection de Marseille ! 
Cet institut qui se ”targue” (
bravo pour l'utilisation de ce mot) de produire le plus de publications scientifiques. 
Il faut noter avec force le précieux détail que c'est
l'un des rares sinon le seul institut du genre ”qui fait de l’argent" !  Ce côté vilain capitaliste est toujours vendeur ! Avec cette mention de rentabilité notable, le cerveau de notre téléspectateur peu renseigné devrait se diriger lui-même vers où l'on désire l'amener ! Il peut même imaginer le controversé Raoult ayant une résidence cossue et une bagnole plus évoluée qu'une 2 CV. 

Leçon 14. Enfoncer le clou. Le meilleur moyen d'enfoncer un clou dans le cercueil d'une réputation, c'est d'utiliser (même hors contexte) les déclarations contradictoires de notre victime. 
Il faut donc noter, toujours avec force, les premières déclarations de Raoult concernant le coronavirus. Et vraiment, nul besoin de mettre cette déclaration en contexte. Ne prendre que l'essentiel utile de la déclaration du controversé Raoult. 
Pour cimenter le tout, il faut avoir recours à un spécialiste habillé d'une crédibilité des grands jours et atteint d’un ”sérieux” marqué. Un tel individu permet d'enfoncer complètement le restant du clou. Quelques déclarations massue seront fatales. Notre spécialiste est là pour prouver, hors de tout doute raisonnable, que le Didier Raoult n'a pas toujours raison ! Il dit :
”On peut être un très grand scientifique et avoir une mauvaise lecture des événements”  Et v'lan ! 
Si notre téléspectateur n'a pas maintenant son opinion totalement orientée vers l'objectif que l'on vise, c'est qu'il n'est pas un individu « peu renseigné » ! Toute personne normalement « peu renseignée » se rallie maintenant à notre jugement clairement démontré.

visite-surprise

Notre expert crédible (sic) s'il est le moindrement doué, peut se laisser aller sur le chemin de la description psychologique.  Et pour le présent reportage, notre perle rare a ce talent. Il "souligne" que Raoult est un peu "fantasque", un peu "rebelle", bref il nous fait comprendre que ce Raoult aime défier l’autorité, qui est pourtant qualifiée ! Ah ! Le vilain ! 
En bon journaliste-orienteur, on peut reprendre les expressions assassinent de notre intervenant crédible comme l'expression ”le rebelle”. - ”Le "rebelle" espère désormais voir SON étude sur la chloroquine validée !”

Leçon 15. Indiquer où se trouve la science sérieuse. Parce que la science, c'est elle qui doit avoir le dernier mot et non un "rebelle" en quête de gratifications. ”… plusieurs essais ont été lancés à grande échelle pour trouver un traitement contre le Covid-19”. 
Il faut bien noter l'ampleur de la fameuse ”recherche” française : Discovery. C'est là que nous plaçons, en quelque sorte, la cerise sur notre gâteau du dénigrement.  

Et hop ! Ce n'était pas sorcier.
J'espère que vous avez bien saisi la leçon.

 P.S. : Notez que l'emploi du terme hydroxychloroquine n'arrive qu'à la toute fin (à 10 secondes de la fin). Ce détail n'est pas, non plus, anodin.

> Serge Charbonneau, Québec. Monteur-réalisateur de reportages télé au service de l'Information de Radio-Canada de 1978 à 1997. 

> Source : AgoraVox. Serge Charbonneau. Comment construire un reportage de démolition. >>> Lien.

 Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retiré(e) en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.