Histoires de birettes à La Borne.

Birette

On dit que le Berry est une terre de sorciers. Ces légendes sont parfois alimentées par des événements réels, comme l’affaire du Carroir de Marloup, où selon la croyance, des sorciers avaient coutume de se réunir pour des cérémonies diaboliques. Et en 1583, cinq d'entre eux furent brûlés sur le bûcher, suite à la dénonciation d'un enfant qui avait été soi disant ensorcelé… 

L’érudit sancerrois Jean Mellot donne cette définition : Une birette c’est un homme (ou une femme) qui s’est donné au diable. En échange, Belzébuth lui donne une peau de loup ou de sanglier pour se vêtir. Et ce sort est héréditaire ; quand le père meurt, il le transmet à l’aîné des enfants, que ce soit une fille ou un garçon. Et ainsi de suite, de génération en génération….

Mais les légendes amusent plus qu'elles n'effraient. C’est sans doute pourquoi, depuis 1946 se déroule à Bué une fête créée par le curé du village, baptisée “Foire aux sorciers”. Sorciers, birettes et fantômes ont rendez-vous tous les ans le premier dimanche d'août. L'après-midi, ils se rassemblent dans les rues du village au son des vielles et des cornemuses. La foule se presse au passage de leur cortège. On y croise notamment les “birettes”, avec leur linceul blanc surmonté d’un crâne. Après le repas champêtre, à tombée de la nuit, le public se rend à la veillée pour écouter conteurs et musiciens, ou voir le feu d’artifice…

De nos jours, on pense que les birettes sont rares et qu’on ne les sort plus que pour la fête de Bué, ou encore que ce sont des plaisantins couverts d’un drap blanc pour effrayer quelque parisien qu’on aura fait sortir à la minuit par ruse. Mais pour certains, c’est une erreur, les birettes existent. Elles existent depuis des temps immémoriaux et peut-être que si la pollution n’avait pas tout gâché, on en verrait bien plus ! Enfin, c’est ce que j’ai entendu dire.…

À La Borne, il y avait aussi des birettes et des histoires de birettes …et de diables. Marie-Louise Talbot, fille de Henri Talbot, se rappelle les récits qu’on racontait à leur propos dans sa famille, et en particulier ceux de sa grand’ tante, Louise Talbot. 

Une des histoires de la tantine se déroulait les nuits de la Saint Jean. Selon tante Louise, celui ou celle qui avait le courage, ou la témérité, de se rendre au carroué de la ch’tite chaumière cette nuit là, pouvait voir passer à toute allure une voiture sans timon et sans chevaux conduite par le diable lui même !

- La tante Louise disait aussi que si l’on passait dans le chemin creux qui va vers Menetou Salon, on risquait de rencontrer une bande de sorciers réunis pour une cuisine diabolique qui consistait à faire fricasser des ongles de pieds prélevés sur quelque malheureux ! 

birette-noctambule-2

- Dans la cour d’une ferme des alentours de La Borne, une birette avait pris l’habitude de venir danser le soir. La famille tremblait de peur, les chiens aboyaient, le lait des vaches tournait. Cette birette là n’était pas habillée d’une peau de bête mais elle était couverte d’un suaire. Pour s’en débarrasser, le fermier avait fait fondre une balle de fusil en argent et l’avait fait bénir. Le soir venu, il s’embusqua derrière l'étable et attendit la venue de la birette. Dès son apparition, il épaula le fusil, visa avec soin, appuya sur la gâchette et la balle partit… La birette s’effondra sur le tas de fumier, morte sur le coup. Tout de même, le fermier n’en menait pas large, il s’approcha de la birette et osa relever le bord du suaire… Sous le sinistre déguisement, il découvrit alors le visage d’un voisin (dont le nom a été oublié), venu étancher une rancœur tenace. Quelqu’un a-t-il osé dire dire qu’une balle ordinaire aurait suffi… ?

- Pour aller chercher son lait à la ferme, une brave femme de La Borne empruntait le même chemin chaque jour à la même heure et en toutes saisons. Mais, depuis plusieurs semaines, une birette venait la tourmenter. Ses apparitions soudaines au détour du sentier lui causaient de grandes frayeurs et lui avaient fait plusieurs fois renverser son pot de lait. Un jour, elle demanda à des gars du village de l’accompagner. Dès l’apparition de la birette, les gars lui tombèrent dessus en la rouant de coups de bâton. ”Tapez pas si fort, les gars, criait la birette, j’son la mée Michu !”. Michu disait la tante, c’est pour ne pas dire son vrai nom.

- Ma grand mère Blanchet qui prétendait en savoir long sur le sujet, m’a appris que la birette peut apparaître et disparaître à sa guise, et prendre la forme qui lui plaît. Les nuits de pleine lune, elle fréquente les carroirs pour participer à des sabbats en l’honneur du diable. En dehors de ces nuits là, elle rejoint d’autres birettes pour des sarabandes nocturnes. Elle est très lunatique et possède plus d’un tour dans son sac, et, bien qu’elle ne soit pas un fantôme facétieux, elle peut se montrer rouée, jeter des sorts ou faire preuve de mauvaiseté, car sa rencontre est toujours de mauvais augure.… 

Bon, vous v'là assez prévenus, à c’t'heure.

 Gilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retiré(e) en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.