Les ”Arts incohérents” précurseurs de l’art officiel contemporain ?

Le mouvement des ”Arts incohérents”, fondé par le journaliste Jules Lévy, rassemblait à la fin du 19e siècle des figures littéraires et artistiques, des peintres et des écrivains. Citons les artistes Henri Pille, Toulouse-Lautrec, Caran d’Ache, Antonio de La Gandara, les écrivains et journalistes Alphonse Allais, Charles Cros, Paul Bilhaud, Guillaume Livet, Clairville, Bertol Graivil, Henry Buguet, les dessinateurs Émile Cohl, André Hellé, Henri Lanos. Ces humoristes se réunissaient au sein de clubs tels que les Hydropathes, les Hirsutes et les Fumistes, en compagnie d’autres artistes dans le but de se moquer de l'art officiel consacré par les salons mondains. 

838 carre-blanc

Parmi eux, les deux écrivains Paul Bilhaud et Alphonse Allais, s’étaient autoproclamés peintres et exposaient des œuvres absurdes et prémonitoires…
Paul Bilhaud expose en 1882
Combat de nègres dans la nuit, qui superpose des motifs noirs conduisant à une absence de représentation”. Il apparaît ainsi comme le premier véritable monochrome de l'histoire de l'art, trente-trois ans avant le Carré noir de Malevitch en 1915, disent sans rire les experts et spécialistes. 
Le tableau d'Allais intitulé ”Manipulation de l’ocre par des cocus ictériques” se résume à un aplat de couleur ocre. Encore un incontestable monochrome de l'histoire de l’art…. 
urinoir

o-PLACE-VENDOME-PARIS-570

Un autre tableau d'Allais se résumant à un un aplat de couleur verte s’intitule ”Des souteneurs encore dans la force de l'âge et le ventre dans l'herbe boivent de l’absinthe". Il s'appuie ”sur la même idée d'une accumulation de motifs verts aboutissant à une couleur uniforme en faisant allusion à la figure des souteneurs, appelés “dos verts” en argot de l'époque, du fait de la teinte verte irisée des écailles du maquereau”… Voila le troisième authentique monochrome de l'histoire de l’art….

En octobre 1883, la première exposition officielle des arts incohérents est organisée, galerie Vivienne. Tout est fait pour étonner le visiteur, le catalogue, les notices, les affiches, les œuvres. Le règlement stipule que ”Toutes les œuvres sont admises, les œuvres sérieuses et obscènes exceptées.

L’exposition associe les parodies, les calembours, et l’absurde. En un mois, 20 000 visiteurs viennent voir l'exposition. Les expositions des ”Arts incohérents” se succèderont jusqu’en 1886.

En mars 1885, les Incohérents organisent le premier de leurs bals costumés. La décoration des lieux se doit d’être digne des ”Arts incohérents”. Des panneaux qui proclament ”La mélancolie n’entre pas ici”, ou encore ”Prière de ne pas cracher au plafond”, sont accrochés aux murs.

Quelques années plus tard, Kasimir Malévitch produit son Carré blanc sur fond blanc (titre original : Composition suprématiste : carré blanc sur fond blanc, actuellement exposé au Museum of Modern Art (MoMA) à New York. ”Voguez ! L’abîme libre blanc, l’infini sont devant vous” proclame Malévitch. Cette œuvre digne des ”Arts incohérents” puisqu’elle est une copie de celles de Paul Bilhaud et d’Alphonse Allais, fait que Kasimir  Malévitch est considéré par les historiens de l’art, les critiques et les marchands de tableaux comme un artiste majeur du XXe siècle !

Alphonse-Allais

Inutile d’insister, chacun aura remarqué la ressemblance frappante des ”Arts incohérents” avec certains arts du XXe siècle et d’aujourd’hui. Pour moi, les ”Arts incohérents” sont le prototype de l'art contemporain officiel en France car ils sont annonciateurs/précurseurs de Marcel Duchamp (et des installations actuelles) où le canular, les objets usuels, sont élevés au rang d’œuvre d’art par la décision de l’artiste et des marchands d’art avides de nouveaux territoires pour la spéculation. Selon eux, Duchamp aurait tout bonnement libéré l’art des anciennes pesanteurs et ouvert la voie à la vraie création. En réalité, l’urinoir et les ”ready made” de Duchamp ont pris forme d’un dogme, rejetant l’origine malicieuse de ces œuvres dignes d’Alphonse Allais, dans une négation aussi profonde qu’un trou noir cosmique

Depuis Marcel Duchamp l’eau a coulé sous les ponts, et on nous présente Andy Warhol, Jeff Koons et leurs émules comme des prodiges. Il faut une sacrée dose de snobisme (et probablement d’inculture ?) pour faire passer ces objets des galeries marchandes (c’est le mot qui conviendrait le mieux) aux cimaises des musées en les achetant fort cher aux galeristes (et pourquoi pas aux artistes eux mêmes ?). Et le simple pékin peut s’interroger à bon droit sur l’existence des dessous de table qui accompagneraient ces transactions.…

Affiche-Jules-Chéret copie

Cette production, totalement déconnectée de l’acquisition du savoir faire, de la création des formes et des couleurs, de la culture, du métier artistique et surtout du contenu des œuvres, ne transmet plus ni émotion ni message. Singeant les commentaires savants des musées qui visent à expliquer les œuvres par l’exposé du contexte et de l’époque où elles sont nées, ces productions, ne pouvant parler par elles mêmes au spectateur, ont besoin d’un habillage de mots abscons et d’un gloubiboulga de fausses théories pour justifier leur existence.

L’appareil bureaucratique des musées d’Art moderne, des FRAC, des DRAC, etc, sait très bien que les œuvres et installations exposées et achetées aux frais des contribuables sont vides de sens et ne contribuent pas à l’émancipation culturelle du public (Jean Vilar, reviens !). Elles vont ensuite dormir dans les réserves et les sous-sols des administrations comme dans autant de cimetières. Emballées dans des caisses, elles attendant le prochain inventaire ou la nouvelle directive du ministère qui décidera de leur sort…. 

Les ”Arts incohérents” eux, avaient le mérite d’être drôles.

> Il existe heureusement, des artistes aussi divers que (je cite au hasard) Ernest Pignon Ernest, Gérard Garouste, Vladimir Veličković, Robert Combas, Henri Cueco, Sam Szafran, Erro, Gérard Fromanger, Rancillac, Antonio Segui, Gilles Aillaud, et leurs jeunes émules, et tant et tant d’autres, qui résistent aux chant des sirènes de l’art officiel et donnent des raisons d’espérer.

> Illustrations de haut en bas. Paul Bilhaud : Combat de nègres dans la nuit”. Kasimir Malévitch : Carré blanc sur fond blanc. Alphonse Allais :  ”Manipulation de l’ocre par des cocus ictériques. Marcel Duchamp : “Fontaine". Le plug anal de Paul McCarty à Paris. Portrait dAlphonse Allais.  Affiche d'une exposition des “Arts incohérents” par Jules Chéret.

> Source: Le Monde. 17 œuvres des Arts incohérents : un trésor redécouvert dans une malle. >>> Lien.

àGilblog La Borne mon village en Berry, est un blog de clocher, un cyberjournal d’expression locale et citoyenne. Dans gilblog, lisez des nouvelles de La Borne et du Berry en mots et en images, pages vues sur le web, citations, dico berrichon, coups de gueule et coups de coeur. Tout ça est éclectique, sans prétention et pas toujours sérieux, mais gilblog est amical avant tout. Gilblog, un site web fait à La Borne et réalisé entièrement à la main sur Mac, avec l'excellent  logiciel SandVox. © Photos Marie Emeret & JP Gilbert. © Textes et dessins JP Gilbert. Cartes postales anciennes: collection JP Gilbert. Vignettes : Dover éditions. Toute image ou contenu relevant du droit d’auteur sera immédiatement retiré(e) en cas de contestation. Les commentaires sont les bienvenus sur ce site. Les avis exprimés ne reflètent pas l'opinion de gilblog, mais celle de leurs auteurs qui en assument l’entière responsabilité. Tout commentaire vulgaire ou injurieux, ne respectant pas les lois françaises, tout billet insultant ou hors sujet, sera automatiquement revu ou rejeté par le modérateur, ainsi que les messages de type SMS et ceux des trolls. Conformément à la loi, votre adresse IP est enregistrée par l'hébergeur.